mercredi 23 décembre 2015

Magma silencieux



Iris __ agate d'un regard
Mille couleurs __ secrets d'émaux muets
L'amour sourd en profondeur
Jaillit de jade pure 

S'ouvre aux reflets de la pierre
Un volcan d'émotion
Origine et matière 
Magma de l'être __ âme  et fusion 

Plus de peut-être
Ici est l'éruption
Bohème souterraine
Reine libre des pulsions

Minerai feuilleté de la pupille 
Où chaque veine mène au coeur
De vert et d'or
D'infinité  la flamme brille

L'instant se cueille
Un monde offert et vaste
Simple de gestes
Se livre et s'émerveille

De main à main __ de peau à peau
La vie s'écrit de peu à peu
Tout doucement __ du bout des lèvres
Dans un séisme silencieux


Copyright Merle Bleu 

lundi 21 décembre 2015

Secret sacré sucré

Les yeux fermés je la respire
Eldorado des sens
Au parfum d'un empire
La présence d'un dos

La main porte à l'esprit
La courbe de souplesse
La finesse d'une orbe
Mutinerie de cris aux messes du charnel

Fesses charnues __ mûre ou Chanel
Aux creux des reins de l'irréel
Je l'imagine nue
Femme inconnue de l'être mysogine

Dans la courbure d'un murmure
Dessin des seins __ pointe un frisson
Venu du ventre en nid d'abeille
Un doux téton de polisson

Enveloppés d'un son __ les dentelles gémissent
Sur un geste réglisse __ une pluie d'étincelles
Balancelle d'amant sous la lune complice
Le satin d'un jupon prend des reflets mouvants

Il emporte le vent __ les fragrances d'un rêve
Le sucré de l'instant
Les pensées en dérive
Vers la rive aux secrets d'une femme en latence


© Copyright Merle Bleu

dimanche 20 décembre 2015

Eau de lune




Dans l'éclat de tes nuits
Au reflet du hasard
Lune dis moi __ de ta ronde blancheur
Les secrets de l'ivoire

Sur l'eau __ la vie scintille
Aux surfaces du sombre
Luit le millier de pupilles
Sur la plaine des ombres

Aux reflets de l'étrange
Orientale orientée
Lune dis moi __ de ton visage d'ange
Ton sourire inventé

Oeil aux larmes de chine
Sous un fil de clarté
Se déclame argentée
L'encre noire de tes cils

Sur les flots du mystère
Aux allures rêveuses
Lune dis moi __ que vois tu de la haut
De tes yeux de cratère

Allumé de lueurs __ enjolé d'un clapot
Le ciel flotte de toi une image berceuse
D'une humeur enjoleuse __ une hypnose d'accrocs
Vacillante et rieuse aux soies des vaguelettes


© Copyright Merle Bleu

samedi 19 décembre 2015

Plume et palme

L'aube a vieilli de gris sous le poids des nuages
Le ciel a pour augure un champ de draps livide
Inaudible est l'oiseau prisonnier d'une cage
Il n'est pas d'être libre aux geôles des secondes

L'oré n'est plus __ l'ombre s'étend __ sans les couleurs
La vague de rumeur vient glisser sur la grève
Déroulant son écume aux sables du murmure
Répétition de l'eau __ mi-calme __ mi-plaintive

Souvenir de l'estive __ un mouvement de palme
Un passé de verdure agitant son toupet
Dans le souffle du vent __ jamais rien ne perdure
Même un signe de paix est un geste mouvant

Volant de l'émouvant __ mouette de secours
De plume blanche ose un soleil au rire jaune
D'un son criant __ criard perce le jour atone
Que le bonheur aphone offre l'ampleur à l'amourette

Déchire l'air oiseau du coeur et vire au bleu
Envole toi __ emphase aux ailes de blancheur
Trace l'immensité de tes pensées en cercle
A l'inconnu d'un cycle imagine l'été


© Copyright Merle Bleu

vendredi 18 décembre 2015

Jeu de mains

La main effleure __ fée légère
Frôlements veloutés de mille papillons
Balbutiement au frissonner de chair
D'une éclosion de sensations

A fleur de soi __ main de velours
Les doigts découvrent la surface
Forment la courbe d'une esquisse
Au crayon gouache du désir

La main toujours __ la main encore
De facétie __ forme l'ampleur
Cambre le corps __ trouve l'envie
Rejoue les notes de l'ardeur

Joueuses d'orgue virtuoses
Au diapason de l'harmonie
Sonnez les clés d'apothéose
Sur le clavier des mélodies

A l'agonie du jeu de paume
Sous l'éclaircie des nébuleuses
Les yeux se ferment au sublime
Cou saccadé par une extase


© Copyright Merle Bleu

jeudi 17 décembre 2015

Etoile au sol mineur

Pourquoi les étoiles meurent
Elles s'ombrent __ s'éteignent __ c'est tout
Comme s'éteint le cœur
Sur un coup de grisou

Sur un mode mineur
Elles s'ombrent __ s'éteignent __ c'est tout
Elles deviennent floues
Un halo de vapeur

Sans un cri __ sans une onde
Elles s'ombrent __ s'éteignent __ c'est tout
C'est pas la fin du monde
C'est juste un petit boût

Pourquoi les étoiles meurent
Si le monde s'en fout
Sous le toit du bonheur
Où les rêves sont fous

Sur un coup de grisou
Sur un mode mineur
La lumière s'effondre
Sur le vide d'un trou


© Copyright Merle Bleu

La mort dans l'âme (essai)

Vouloir et souvenir.

Elle glissait à l'infini entre les ondes d'énergie, parcelles de savoir privées de sensations, intelligence pure. Elle ignorait le temps, elle était là depuis … toujours. Sa mémoire avait perdu ce tout début. Son seul état était l'attente, sans direction, sans aucun sens … et pour cause, elle était phase immatérielle. Pourtant, il lui fallait atteindre un but, aller plus loin sur le chemin des connaissances. Confusément une force la guidait vers quelque chose, un changement d'état.

Il lui fallait un corps.

De la conscience, lentement, elle naquit aux sensations … embryonnaires tout d'abord, à peine perceptibles. Un fourmillement ténu en réponse au vouloir, une réponse infime à ses interrogations. Elle découvrit l'action, le prolongement de sa pensée. L'exploration était enivrante, inespérée, elle avançait ignorant les limites. Elle se sentait VIVANTE, vibrante d'excitation, habillée de matière. Hésitante tout d'abord, elle compris le geste, sa source et sa destination, la réussite et le plaisir, tout lui faisait du bien.

Puis vinrent les limites.

Elle pris conscience des distances, de ce qui l'entourait, des résistances organiques, de la douleur. Le cri fut intérieur et sans limite. Vivre était aussi souffrance. Quelque chose manquait d'un vague souvenir … Il lui faudrait renaître.

Ce corps lui hurlait ses messages, il était vulnérable, avait ses pulsions, ces demandes autonomes. Il fallait préserver ou partir. Partir sans savoir, sans comprendre … impossible. Composer et apprendre, engager un dialogue fût son choix de sagesse. Le temps ne comptait pas. La souffrance surgit, interminable … et puis la lumière fut, elle perdit la mémoire à la sortie du noir.

Elle était prisonnière d'un être inabouti, gauche, maladroit dont la seule expérience résultait de l'échec. Elle était à l'étroit soumise à l'enveloppe, aux aléas de la chair. Un équilibre délicat restait à établir. A la chimie du corps elle adressa l'angoisse eu pour seule réponse la terreur et la fuite. De frustration en frustration elle apprit l'imparfait et le renoncement, la perte d'innocence … n'y trouvant aucun sens, elle comprit …


Il lui faudrait partir.

Horizon de plume



Plume vole et vas vers les étoiles
Frôle les d'une caresse duveteuse
Et dis leur
Dis leur un destin de lueur
Sous une voûte aventureuse

Vole plus haut et touche au ciel
Brise les sphères nuageuses
Atteint les zones éternelles
Où la pensée voltige
A fleur de l'idéal

Vole ô vole encore
Au souffle de l'espoir
En voltes généreuses
Aux boucles d'avenir
Dans la lumière d'or

Vole et virevolte
Précieuse alliée d'un courant d'air
Comme emportée par une note
Vers un ultime supérieur
L'innacessible de nos rêves

Vole __ vole
Sans un répit __ sans une trêve
De pirouette en parabole
Inépuisable messagère
Porte en douceur une missive

Découvre en toi l'apesanteur
Le toucher frêle du sublime
Une dérive de lenteur
Dans un soupir de l'âme
Sur un spasme du cœur


© Copyright Merle Bleu

mercredi 16 décembre 2015

Cheveu d'ange

Regard oscillant dans le silence
Reflet d'un café noir
Intérieur __ extérieur
L'esprit découvre les distances

Au fixe des pupilles
La nuit s'étire et puis s'achève
Sensations des papilles
A l'alchimie de l'infini du rêve

Lentement les couleurs
La lumière et le son
Se couvrent de frissons
Eveil aux consciences du corps

Le temps reprends sa place
A la ronde du monde
Un peu chaque seconde
La nuit s'efface aux lèvres de la tasse

Grain irisé de la rétine
Le jour se lève à la pensée
Odeur grillée de caféine
Arome doux __ calme et posé

A la rosée des cils
La vie renaît des fleurs
Aux battements du coeur
Au Soi présent d'un fil


© Copyright Merle Bleu

mardi 15 décembre 2015

Houle de l'âme

Dunes douces du corps
J'ai caressé la peau de sable
Le vent désert murmure encore
Dans la ramure
L'aurore d'un parfum

Aux profondeurs gris bleu
A navigué mon âme
Aux houles de désirs
Au clapot des je t'aime
Où la tendresse roule

Aux bras de la déesse
Mon esprit s'est sacré
Aux confins irréels
Un horizon abstrait
De rêves absolus

Dunes douces du corps
Le vent désert murmure encore
Des chants irrésolus
Aux houles de désirs
Où la tendresse roule
Des rêves absolus


© Copyright Merle Bleu

lundi 14 décembre 2015

Entre deux êtres

Au centre __ au cœur __ à l'intérieur
Une chaleur __ un insolite solitaire
La pierre pure
Au fond de l'être __ en profondeur

Un cri muré
Un prisonnier à l'ombre des paupières
Hier n'est plus
Demain n'est pas encore

Entre vague et rocher
Vaguement décroché
Un esprit vogue déhanché

Entre drame et pensée
Symbole aux muses dénudées
L'astre s'envole désailé

Entre rêve et brisants
Sur le coeur des gisants
La terre est ventre déchiré

Entre enfance et souffrance
Innocence et douceur
Se pleure et danse un rythme abandonné

Entre la flamme et la gelure
Entre le vide et la galère
Adhère aux lèvres la blessure

Entre rives et dérive
Livré au flux et au reflux
S'aggrave et grave le récif

L'instant se fait triste et pensif
Sans un soleil l'aube s'endort
Sous la grisaille nuageuse

Aux cheveux d'or __ tendre fugueuse
La bouche baille
Mots décousus

Au centre __ au cœur __ à l'intérieur
Une chaleur __ un insolite solitaire
L'opale pure


© Copyright Merle Bleu

dimanche 13 décembre 2015

Tâche d'huile

L'amour au creux du ventre exige de sa liane
En spasme sinueux __ en cercle constricteur
Existe et pleure sa moitié __ forme divine
Son explosion de joie __ son fracas de bonheur

L'avenir __ lui __ s'écrit en lettres de silence
Absence de phonème aux bègues impossibles
Balbuties __ mots coupés de lèvres inaudibles
Dentales trébuchées __ Tronçons têtus de phrases

Un rythme à quatre temps musique ou bien moteur
Cliquètement de vie __ échappement de note
Mélodie des envies où le charme pianote
Le soubresaut  du cœur sur un air d'indécence

Chute et soupir __ où est le sens __ âme es tu sotte
Flamme toussote et tourne __ tourne en vain la clé
Essence __ empire __ un goutte à goutte __ une giclée
Dernière clé __ dernière phase mécanique

Jetées __ bouclées __ puzzle en pièces sans logique
Eparpillées __ tachées d'oxyde entre les vides
Dossier bâclé __ raté __ raclé __ foire au tragique
Sur la mémoire en tâche d'huile __ un air ancien d'éphéméride


© Copyright Merle Bleu

vendredi 11 décembre 2015

Apogée de l'arabesque

Risée dorée __ tremblote l'aube des images
Au sortir du blêmir __ déchiré de nuages
Sur des rêves brisés le bleu pâle s'étire
D'un pinceau de lumière irise __ colorise

Frisson d'un voile d'air __ sur un monde immobile
Ce qui s'achève et ce qui naît au gris se croise
Un trait de plus __ rayure au sombre de l'ardoise
Le jour secrète un fil __ la toile du futur

Collier de soie aux gouttelettes de rosée
La vie se tisse __ au silencieux __ gorge muette
Attendant du destin l'orage des pensées
Abysses de Marine aux frasques arabesques

Dans le bourdonnement de l'aile __ en liberté
L'humanité se livre au piège de torpeur
De souffrance __ de peur __ de crainte __ d'anxiété
Le songe se délite en strophes alarmistes

A l'apogée de l'arriviste __ au firmament
Au rugissant du rouge sang des catastrophes
Demain montre du doigt la forme du croissant
De jaune était l'étoile __ acerbe fût la griffe

Sur des rêves brisés __ livrés au sacrifice
La vie se tisse __ au silencieux __ gorge cruelle
De souffrance __ de peur __ de crainte __ d'anxiété
Pleurant sa liberté en s'arrachant les ailes


© Copyright Merle Bleu

mardi 8 décembre 2015

A pas de loup




Au long tracé de sa recherche
Dans le silence du sous bois
A pas de loup __ elle l'approche
Empreinte blanche de ses pas

Aux nuits sans lune elle louvoie
Humant le calme des clairières
La liberté en bandoulière
Avec le cœur pour seule loi

A pas de loup __ même sans voix
Du plus profond de son silence
Elle l'approche __ pas à pas
Sur un chemin de connaissance

Elle chemine au bord du temps
Entre les sens et la conscience
Dans la nuit d'encre __ sa complice
L'œil étoilé d'astres diamants

Dans la pénombre elle est posée
Entre la flamme et la chaleur
Offrant son âme à la rosée
Fleur de soupir __ blanche vapeur

Au soir venu des sentiments
Au pas sauvage de son être
La louve oscille __ lentement
Entre possibles et peut-être

Demain l'attire __ aube est l'aimant
D'un bleu naissant __ tendre pastel
Au dévoilé du firmament
Sous la caresse naturelle


© Copyright Merle Bleu

lundi 7 décembre 2015

Echarde rouge



Rêveuse est mère volupté
Esprit __ soleil __ lune et mystère
Ailleurs chantonnerait la terre
Ronde elle se perd aux songes d'amoureuse

L'épine s'est plantée
Etreinte lacérant le vert
Echarde au ventre de l'été
De couleur sombre __ au bois imaginaire

Automne __ rivière jaune et lave
Apaise en toi l'enfant
Les cris de l'émouvant __ jambes guimauve
A l'abandon des cieux mouvants

Rose __ rose fane encore
L'hiver est là __ corps squelettique
Où se fendillent les bois morts
Troncs alignés __ branches antiques

Marcheur __ entends __ sous le pas claque
Cercle déchu __ nid de brindilles
Nu sous le poids d'une espadrille
Un monde plie __  gémit et craque

Sur un pastel aux teintes beiges
La vie s'enroule et dansent nonchalantes
D'anciennes feuilles d'or __ dénudées de vertige
Décomposant le temps __ dentelle en chute frémissante

Blessure rouge ardente __ cendrée de froid
Le charbon noir au feu salive
Un sifflement d'effraie __ d'effroi
Plainte enneigée d'un cri de loup à louve


© Copyright Merle Bleu

samedi 5 décembre 2015

Rose du temps

Rien ne subsiste du temps __ des parfums de la rose
L'eau du sable s'écoule et les fleuves s'assèchent
Et la terre fissure à nos lèvres poreuses
Craquelée est l'image où l'humain se fait rêche

Au velours de la main s'oubliera la poussière
La farine d'argile aura teinte du coeur
Il prendra ce voleur de l'esprit le fragile
Torturant notre corps de ses belles manières

Rien ne subsite d'hier si ce n'est de vouloir
Qu'il est long ce couloir où se ferment les portes
Quand l'aorte se bat et nous rythme le noir
Bassiste dérisoire au tempo solitaire

J'entends __ J'entends le temps __ la volée des secondes
Révolution du monde à l'angle des planètes
Sa vitesse m'emporte infime girouette
Prisonnier du géant __ de l'invincible ronde

Rien ne résiste à l'engrenage de la montre
L'amour broyé pleure le vent entre les heures
De temps en temps les deux aiguilles se rencontrent
Le temps toujours __ le temps encore les sépare

Dans un silence tout s'arrête __ est-ce la mort
Est-ce l'instant ou bien l'arrêt de la conscience
Dis moi pendule es-tu remord __ es-tu d'absence
Des pétales perdus __ du Graal et de la rose


© Copyright Merle Bleu

vendredi 4 décembre 2015

Soin de plume

Main tendue vers soi __ vers l'autre
Que cherchons nous dans l'écriture
Dans les méandres de nos encres
A accomplir ou à guérir

A guérir __ aguerrir
Que peut la force de nos plumes
Contre un fracas venu des armes
Que peut la poudre des douceurs

Sur les blessures de nos cœurs
Non rien n'y fait __ nous sommes seuls
Seuls __ pour souffrir à l'imparfait
A accepter notre noirceur

Nous sommes sœurs __ nous sommes frères
Mais la parole est ce mystère
Où chaque mot abrite hier
Vers l'inconnu des pensées étrangères

Que cherchons nous dans l'écriture
De nos barreaux __ de nos barrières
De ces distances à franchir
S'affranchir tel est le timbre de nos mots

Jeu __ Jouet __ joueur est-ce un sujet
Qu'aurez-vous vu sous la parure des couleurs
Blonde ou brune __ d'ombres __ d'objet
Qu'entendez vous de mes douleurs

De ce qui brille sous les pleurs
Que lirez vous un jour
Amours __ de ma recherche du bonheur
Sans votre filtre imaginaire


© Copyright Merle Bleu

Bouton du coeur


jeudi 3 décembre 2015

Rombulu di rena


Cu ringrazia à Pauline


Nanta a rena __ strufinata
Svapura à cummossa di u soniu
Perisciabile e u granu di fantasmu
Si rimuscia à piaggia di sole innorata

Si scuassa vaga a pedighjata
Flussu riflussu __ magina di a sponga
Alliscia affamata a lingua di l'acqua
Parlendu à u passu di l'onda perdita

Currente __ porta indane u nostru fatu
Quessu messagiu à l'infinitu
La dighiacarata turchina
Che svuglina à pioggia di spulvinu 

Quandu l'astru e u mare indi calmu vicula
L'alba in so bracci u mareghiu addulcisci
Tarra __ à l'arrinatu di à costa si versa i golfi
Di l'ochju di tu civa riscima à vita

Spachja di à rocca u ruscellu di scurdancia
Amara fonte di dispettu
A l'oscusu di ferriti __ rusculaghji puerizia
Si incalma à su mama ùn omu picculettu

Rombulu di rena __ rombulu di esse
Mistuladu __ ruminadu
Tempu aguanta __ tempu adunghja
Vivere aggrapa di manca o di piacé


© Copyright Merle Bleu

Ceci est une traduction en corse de mon texte "Pas perdu". Merci à ceux qui y relèveraient des corrections ou des améliorations à y apporter de ne pas hésiter à me les signaler ... ceci est ma première tentative ... Amicizia, Pierre

Pas perdu




Vers le sable drossé
Evaporé de rêve est l'émouvant
Tout songe est périssable
De grains mouvants est la plage dorée

Une trace de pas dans le vague s'efface
Flux reflux d'une éponge __ délaissé d'une image
La langue d'eau lèche et ressasse
Parle au chemin d'un temps perdu

Courant __ porte au loin le destin
Cet infini marin __ les bleus de nos sillages
Déroule l'onde d'un message
Sous la pluie des embruns

Lorsque l'astre et la mer dans le calme se bercent
L'aube apaise en ses bras le roulis de la houle
Terre brune __ à l'abri de la côte où les golfes se versent
Aux sources de ton ventre __ éclabousse la vie

Ecoule de la roche au ruisseau de l'oubli
Les restes de l'enfance au repli des blessures
Source amère du reproche
A la mère s'accroche un être tout petit

Grain de sable ou grain de vie
Brassé dans les remous
Le temps agrippe et nous écorche
La vie s'accroche et nous ravit


© Copyright Merle bleu

mercredi 2 décembre 2015

L'âme de fond

Ombre envolée du cri des mouettes
Elle s'étend la plage lisse
Corps balayé de ses tempêtes
Risées d'embruns __ les grains frémissent

Elle s'étend la plage lisse
Sous les caresses de l'écume
Aux solitudes d'amertume
Sous un ciel gris __ triste complice

Risées d'embruns __ ses grains frémissent
Moussée de sel __ vague sillage
Reflets de peine et de silice
Sous le voyage des nuages

Aux solitudes d'amertume
Au fond de l'âme une idée vogue
Lame de fond venue d'un trip
Une eau s'agrippe entre les roches

Fracas du temps contre les digues
Mousse de sel __ vague sillage
D'un flux reflux devenu dingue
Le jour s'étend __ sombre s'afflige

Elle s'étend la plage lisse
Moussée de sel __ vague sillage
Sous le voyage des nuages
Reflets de peine et de silice

Au fond de l'âme une idée vogue
Cherche un soleil __ une embellie
Un lieu doré __ un rai de vie
Là où l'envie forme la vague


© Copyright Merle Bleu

mardi 1 décembre 2015

Noel au fond des yeux

                                          Pris sur le web


Noël __ senteurs de cire et de résine
Magie de l'or et des chandelles
Pendent dentelles et guirlandes
L'étoile au ciel brille et fascine

Au pied de l'arbre __ en nos racines
Chantonne et tourne un angelot
Lointain grelot __ belle innocence
L'enfance sonne et tinte de contines

Décembre de l'attente et des mystères
Chuchottements en rouge et blanc
Danse __ étincelle de lueurs
Au fond des yeux __ ronds scintillants

Traineau glissant sur de la neige
Flocons jetés sur le vert sombre
De glace et terre __ pin de Norvège
Ombre et éclats __ boules de verre

Nuit de chaleur en plein hiver
C'est aujourd'hui __ c'était hier
Au fond du cœur une lumière
Au rouge et blanc de nos envies


© Copyright Merle Bleu