vendredi 27 février 2015

Savane urbaine



Femme féline au doux sourire
Lionne à la crinière rousse
Vers toi j'ai traversé la brousse
A te toucher __ à te sentir

Au son d'un rythme saccadé
Nos pas glissèrent dans la danse
Tout en cherchant à s'accorder
De bienveillance et d'indulgence

Balancements et déhanchés
Une harmonie s'est installée
A s'attirer __ à s'approcher
Pour que l'instant vienne frôler

Sur le tempo d'une envolée
Au conjugué de nos désirs
D'un long frisson nos corps frémirent
Peau contre peau __ batifolés

Lèvre gourmande et bouches proches
Nous aurions pu nous dévorer
Sur une note et quelques croches
D'une portée évaporée

Souffle coupé __ cris équivoques
Dans les secousses de la nuit
Une envie pousse __ un dos provoque
Et la musique enfle et rugit


© Copyright Merle Bleu

L'eau en vain

Lorsque deux êtres s'apprécient
La vie devrait être si simple
Sans simagrées __ sans argutie
Malgré les blessures multiples

Mais c'est plus dur __ c'est con la vie
Ca se construit sur nos douleurs
Là où un piège nous a  pris
Nous a saigné au nom du cœur

Ca se replie au fond d'un puits
Aux profondeurs de nos échecs
Au cul de sac de nos envies
Où la confiance est au pain sec

L'entrain est mis en mode hier
On se restreint __ on se protège
Tamise en grain cette lumière
Où le bonheur se désagrège

Au diable tous les liens __ on fuit
Tout ce qui fait un mal de chien
Lorsque le loup hurle à la nuit
De nos amours __ de nos destins

Ne plus aimer __ ne plus faire un
C'est la devise de raison
Elle supprime l'émotion
Elle n'entend __ ne voit plus rien

Cette prison c'est le chagrin
Le Moi perdu de trahison
Où même un âne oublie le son
Où chaque pas sonne incertain

Si je pouvais être divin
De mes deux mains faire le beau
Mais je suis homme et donne en vain
Les mots du cœur en gouttes d'eau


© Copyright Merle Bleu

mercredi 25 février 2015

Home sweet home


Jardin d'Eden __ tendre innocence
Les bigarreaux __ croquants délices
Allées bordées __ feuilles d'iris
Vert mauve et rouge était l'enfance

Repas à table __ à résister
A s'endormir sous la fatigue
Etre malade d'exister
Pour un abcès comme une figue

Home d'enfance et sa prairie
Fleurs de crépon __ Piqures de guêpe
Les cerfs volants vers l'infini
La maladie du fond des tripes

Noir du grillon __ gris d'un terrier
Pauvres insectes en carton
Fille ou garçon sur leurs sommiers
Rêvaient d'amour __ de leurs maisons

Soleil couchant de couleur sang
Rupture de vie __ double douleur
Etait-ce mieux avec ou sans
Une famille et la Colère

Sous le ciel bleu des cris perçants
L'assourdissant des Caravelles
Le redoutable des nouvelles
Sous les nuages menaçants

Moquette en riche laine beige
Dans une peur luxe feutré
Aucun amour __ rester discret
Lorsque les jours se désagrègent


© Copyright Merle Bleu

dimanche 22 février 2015

L'essentiel des blessures

Là bas __ au bout du monde
Là où la mer rejoint les champs brûlés
Roches en chapelet __ les iles grondent
Arrosées par le vent de larmes d'eau salée

Tuant le temps d'un jour grisé
Sur le tracé des Sanguinaires
J'ai revu le soleil __ ma joie hypnotisée
Amour ou amitié sont-ils restes d'hier

Le feu passé __ restaient des griffes noires
Les doigts crochus __ tendus __ carbonisés
Agonie et désespoir __ était-ce un nous symbolisé
Poussait le vert en pied de souche __ il fallait croire

La chaleur disparue où fallait-t-il chercher
La profondeur de l'Être et du langage
Cette complicité __ maturité de l'age
Où deux êtres sincères refusent de tricher

Des zones dévastées de crainte et de silence
Que pourrons nous faire renaître
Ouvrirons nous cette fenêtre
Sur nos blessures de confiance

Vers toi je tends la main __ celle qui scelle
Celle qui signe et qui s'engage
Oublions querelles __ enfantillages
Rapprochons nous de l'essentiel

Ce bleu du ciel  caché à l'ombre de  nos peurs


© Copyright Merle Bleu

mercredi 18 février 2015

Fenêtre sur mirage

En ouvrant la fenêtre au matin d'un ciel bleu
Le monde m'était las __ le monde m'était vide
Au silence de Muse il m'était insipide
Me rendant malheureux là où d'autres s'amusent

Sous les yeux du soleil j'ai pensé les torrents
Le courant d'un sourire aux blancheurs des cascades
Des moments de douceur aux tendres embuscades
Le plaisir du fou rire à l'écho des rivières

J'ai rêvé la merveille et l'instant de malice
La chaleur d'une voix sur les glaces d'hier
Les éclats d'un iris et la lèvre groseille
Sur laquelle se pose une bouche complice

D'une image en couleur j'ai touché le mirage
En oubliant de l'age un fossé de blessures
Je me suis adossé aux plus beaux paysages
Et les ai caressé du voile de l'aurore

Horizon cabossé arrondis tes collines
D'une courbe allongée déroule le frisson
Le dos d'un champ de blé à la brise câline
Offrant au gré du vent une mèche hérisson

Le temps d'un dernier songe encor j'ai voulu voir
Entendre __ rire __ aimer __ sentir et découvrir
Espérer du destin __ la faveur d'une histoire
En refermant les bras sur un Être à chérir


© Copyright Merle Bleu

dimanche 15 février 2015

Archi remède

Sous les mots bleus __ cherche l'envie
Fuis les moutons __ les bébés phoques
Sur les flots vagues et loufoques
Jouent l'équivoque et l'eau tarie

Dans le désert du non savoir
Le faux pas pique et me dessèche
Sable du temps ___ grains de déboires
Traque l'espoir __ ouvre une brèche

Sur la peau rêche de mes nuits
Souffle le vent d'une caresse
Creuse le puits __ trouve la source
D'une ressource de tendresse

Forme les dunes sous la main
Demain la douceur d'une femme
Déroulera au féminin
L'aube charnelle d'une flamme

Astre des astres __ toi le devin
Sous un ciel ivre de fortune
L'Amour est il ombre importune
Qui se consume et flambe en vain

Disque divin __ ô douce lune
Pour la confiance épanouir
Ébauche encore un blanc sourire
Chasse d'un geste l'amertume

Vers l'horizon envole moi
Sois le moteur et l'attraction
La distraction venue du cœur
Vers un futur ahurissant __ à l'unisson


© Copyright Merle Bleu

samedi 14 février 2015

A fleur d'idéal

video



Si en ce jour te vient du cœur
D'un Valentin en anonyme
Une orchidée __ l'amour en fleur
Ne cherche pas son origine

Accepte juste le sublime
D'un témoignage __ une attention
Un geste pur disant l'estime
Des émotions dans ton sillage

Cueillir pour toi __ le mot donner
Orner ta journée d'un partage
C'est dire ainsi qu'au verbe aimer
Un synonyme a ton visage

Des fleurs __ des fleurs et le meilleur
Tu vois __ c'est ce que tu inspires
Au bouquet tendre des soupirs
Tu es fleuriste de douceur

Pour cette fête sois légère
Ôte du cœur un voile triste
De ces tourments où pleure hier
Ouvre le ciel __ l'étoile existe

Frêle frisson d'une corolle
Pensée en forme de tendresse
Les blancs pétales se dévoilent
En dédicace à ton adresse

Si une fleur de soie t'effleure
C'est pour ne pas te laisser seule
Sans la caresse d'un parfum
Un jour d'émoi et d'idéal


© Copyright Merle Bleu










dimanche 1 février 2015

Cacophonie de mort de rire

Il s'est dissout le mot bonheur
Sans le savoir __ dans le non dit
Me reste un trou au fond du cœur
Par où s'enfuit toute l'envie

On peut mourir d'aimer je crois
Je ne l'aurais imaginé
Les bras en croix __ morigéné
Parce que l'amour aura gêné

Acrimonies et fumigènes
Pas besoin de cérémonie
Serais-je honni __ corps indigène
Serré __ bandé comme momie

Zone bannie de l'érogène
Sans un désir __ meurt une vie
Plus d'oxygène et plus d'ozone
Sous l'horizon d'Amazonie

Sur les courants des mots jaunis
Couché de boue __ il flotte encore
Corps ballotté sur l'insomnie
Un cormoran __ pas vraiment mort

Oiseau blessé __ merle mourant
Plume pressée sur l'oreiller
Sur un air triste c'est marrant
Un bleu de blues au poulailler


© Copyright Merle Bleu